AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Seo Kwang-Sun - L'amour est un enfant rebelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hot no candy
avatarSeo Kwang-Sun
Messages : 180
Date d'inscription : 26/02/2015
Age : 23
Localisation : A la fac
Emploi/loisirs : Etudiant en arts plastiques
Humeur : Bonne
Avatar : Jeong Jin Yeong (B1A4)
Double compte : Kwon Dong-Min

MessageSujet: Seo Kwang-Sun - L'amour est un enfant rebelle Dim 8 Mar - 22:08




Seo Kwang-Sun

An-nyeong ha-se-yo! Comme tu as pu le voir juste au dessus, à moins que tu sois bigleux, je m'appelle Seo Kwang-Sun. Il se trouve que je suis né le 11 décembre 1994 à Busan ce qui fait de moi un jeune homme de 21 ans et je suis coréen. Lorsque je ne suis pas en train de peindre ou dessiner, je suis étudiant en arts et comme vous êtes des petits curieux, je vais vous avouer que je suis homosexuel et actuellement célibataire. Bien souvent mes connaissances me disent que je ressemble à Jeong Jin Yeong (B1A4). Pour finir, mon magnifique caractère fait de moi un no candy.

Ce qui me différencie de toi

Anecdotes ♦ porte des lunettes lorsque sa vue est trop fatiguée. ♦ pratique le tir à l'arc ♦ souffre d'une forme particulière de somnambulisme et se déshabille parfois durant son sommeil ♦ a tendance à se venger sur la nourriture quand il est énervé ou triste ♦ aime l'opéra, son préféré est Carmen de Biset, qu'il écoute systématiquement lorsque quelque chose le préoccupe ♦ a deux tatouages bien cachés, le mot Carmen à l'intérieur de la lèvre et un oiseau à l'intérieur de sa cuisse (visible que s'il écarte les jambes) ♦ a un grand-frère, Dong-Yul, et deux petites sœurs, des jumelles. ♦ ne s'entend pas spécialement avec son père.
Êtes-vous plutôt... ? Bonne bouffe maison ou Macdo bien gras ? Mac Do ! Boxer, slip, caleçon, culotte, string, shorty, tanga ou les sous-vêtements c'est pour les faibles è_é ? Boxer. Alcool plutôt triste, joyeux, vomito, exhibo ou serial kisser ? Vomito. Au lit plutôt dessus ou dessous ? Dessous. En couple qui porte la culotte? Vous ou votre partenaire ? Ni l'un ni l'autre de toute façon on est bien mieux tout seul >> Ni l'un ni l'autre de toute façon on est bien mieux tout seul >>

Mon petit caractère

Le moins que l'on puisse dire de lui est qu'il a son franc-parler, que l'on aime cela ou pas, il s'en fiche complètement. Les répliques de Kwang-Sun peuvent être cassantes, il est le genre de personne que l'on apprécie ou bien déteste, un juste milieu n'est pas possible. Il faut dire que son grand-frère l'a pas mal forgé à avoir de la répartie vu son propre caractère. Ce n'est pas pour autant qu'il saisit la moindre occasion d'enfoncer les autres, au contraire, il reste quelqu'un de très droit. Le coréen ne se laisse pas marcher sur les pieds, il reste ferme et décidé. Jamais il ne se précipite, au contraire, son côté avisé le pousse à toujours réfléchir et à agir en conséquence.

Quand bien-même il envoie paître chaque type qui essaie de le draguer, son apparence un peu froide joue en sa défaveur, bien qu'il estime qu'elle évite ainsi que trop de personnes inintéressantes ne l'abordent, Kwang-Sun est une personne très attentive, autant aux autres qu'au monde qui l'entoure, c'est de cette manière qu'il peut remarquer des petits détails que personne n'a vu. Et lorsqu'on apprend à le connaître, ou plutôt, s'il vous en donne la possibilité, c'est un jeune homme gentil, bon et amical que vous découvrirez. Certes il arrive qu'il bougonne quand on vient demander son aide, mais il ne refusera pas de rendre service. Son exigence se dirige surtout contre lui-même, il ne lâche rien tant que ce n'est pas parfait à ses yeux, la perfection n'existant pas.

Son côté responsable et tempéré fait que l'on vient souvent le trouver, qu'il représente une valeur sûre. Quand il s'agit d'art, il se montre tout de suite bien plus passionné. Inventif et idéaliste, il a toujours un carnet de croquis et ses crayons avec lui, peu importe l'endroit où il se rend. Si la majorité des personnes immortalisent les lieux et scènes en prenant une photo, il préfère milles fois la dessiner. Le coréen sait se montrer très expressif lorsqu'il affirme une idée ou un sentiment, parfois cela peut se heurter à son entêtement, car, s'il s'avère être dans son bon droit ou qu'il a conclu qu'il avait raison, il sera très difficile de le faire changer d'avis.

Kwang-Sun est un peu boudeur, il compense sa frustration en s'empiffrant de glace en écoutant de l'opéra dans son bain. Le coréen possède également un côté grognon, c'est devenu plus un réflexe qu'autre chose, il faut juste le savoir et s'en accommoder. Le mot décence fait partie de son vocabulaire, il est respectueux des convenances. Dans ses relations, il est du genre exclusif, tendre et romantique. Depuis les échecs des précédentes, il a décrété qu'il ne voulait plus se caser, il ne laisse donc personne qui lui montrerait de l'intérêt espérer. Inconsciemment il a placé la barre très haute, testant la résistance de ceux qui osent quand-même. Celui qui y parviendra verra qu'il est également joueur, tendre et romantique. La cerise sur le no candy étant qu'il cache vraiment bien son jeu au lit, enfin, pas besoin d'en dire davantage.

Il était une fois

Ma vie n'a rien de particulier. Je dirais même qu'il y a sûrement plus intéressant. Enfant plutôt agréable, je n'ai jamais eu aucun de mal à me faire des amis. Étudier m'a toujours plu, j'ai toujours été très curieux du monde qui m'entoure, assoiffé de connaissances également, c'est très vite que s'est découverte ma passion pour le dessin. Toujours accompagné d'un petit carnet à l'époque, j'essayais d'immortaliser certaines scènes ou objets, le sentiment renvoyé et mon propre ressenti. Mon imagination ne semblait pas avoir de limites. Mon père n'était pas très présent à la maison, son métier, inspecteur dans la police maritime, ne lui en donnait pas l'opportunité. Cela n'a pas changé d'ailleurs. Ma mère était mon institutrice,  s'occupait de notre foyer, une femme aimante et disponible. Je ne me suis jamais plaint de mon enfance, j'avais des camarades et des amis. Mon grand-frère Dong-Yul a toujours veillé sur moi, nous nous entendons plutôt bien, nos caractères se ressemblent beaucoup, bien qu'il soit un peu plus virulent dans ses propos, je sais que ce n'est là que sa manière de s'exprimer et qu'il se soucie de ses proches.

Les années ont vite passé, mon insouciance a commencé à partir lors de ma rentrée au collège. Mon sérieux, mes bons résultats m'ont vu être choisi à l'unanimité par mes camarades comme délégué. Cela s'est d'ailleurs reproduit toutes les années jusqu'à ce que je sois diplômé du lycée. C'est aussi à cette époque que j'ai commencé à pratiquer le tir à l'arc dans le club de l'école. J'aurais très bien pu embrasser un carrière dans une équipe professionnelle, mais je n'avais déjà qu'un seul objectif, entrer dans une école d'arts plus tard. Alors je n'ai jamais fait que quelques compétitions, cela est un passe-temps que j'affectionne, rien de plus. J'ai également fait partie du conseil des élèves, ce qui me laissait encore moins de temps pour avoir d'autres loisirs. Ma réputation n'était plus à faire, autant par mes bons résultats que mon parcours exemplaire. Ma scolarité s'est donc déroulée sans encombres, j'avais en plus quelques amis avec lesquels la traverser.

J'ai toujours su que j'étais gay. Ce n'est pas une information que je crie sur tous les toits, mais je n'en ai pas honte non plus, j'aspire simplement à ce que l'on me juge sur autre chose que ce critère puisque ce n'est pas très bien vu dans ce pays. Ma première histoire était avec un type d'une autre classe du même âge que le mien, je n'avais que seize ans. Il était un nouveau sur lequel j'avais flashé dès que mes yeux s'étaient posés sur lui. J'ai décidé de mener une approche durant plusieurs semaines, j'ai gagné sa sympathie et bien davantage. Nous sommes sortis ensemble quelques semaines, mais cela s'est vite terminé, monsieur n'assumait pas son homosexualité, on faisait un pas en avant et trois en arrière, il avait des sautes d'humeur, me repoussait parfois lorsque je cherchais son contact. En conclusion, il n'était qu'un nase qui ne méritait pas que je m'attarde davantage sur son sort. Je n'en ai plus jamais entendu parler ensuite.

Rien ne vaut les vacances d' été et les rencontres que l'on peut y faire pour se consoler. C'est par hasard que j'ai rencontré ce magnifique japonais fraîchement débarqué avec ses parents. Cela ne faisait que quelques mois que j'étais de nouveau célibataire. Il n'a pas fallu très longtemps pour qu'on se mette en couple, on s'était plu au premier regard après tout. Cette relation aurait pu se poursuivre davantage si je n'avais pas découvert par hasard qu'il n'était là que pour quelques temps et qu'il repartait, ce qu'il ne m'avait jamais dit. Encore une fois, je suis celui qui y a mis fin, me sentant trahi, bien que j'ai longtemps regretté ensuite d'avoir agi sous l'impulsion. Avec le recul, je ne garde que de bons souvenirs de cette courte histoire. Ma dernière année au lycée  arrivait, je n'avais plus le temps d'avoir mon esprit concentré sur autre chose que l'examen et augmenter mes chances d'avoir l'école que je voulais. C'est en allant célébrer ma réussite avec d'autres personnes de ma classe que j'ai rencontré pour la première fois, ce marin russe qui aurait fait rougir de honte le célèbre David de Michel-Ange. Même si je n'avais pas envie, vu le résultat de mes deux précédentes relations, replonger dans une autre, Yulian a su me séduire, me conquérir. Être avec quelqu'un de bien plus âgé me plaisait, il savait tenir une conversation intéressante, me faisant voyager de part ses nombreux récits de voyages.

Ma rentrée s'est bien déroulée dans ma nouvelle école. Enfin, je n'ai assisté qu'à des cours tous aussi intéressants les uns que les autres. Je me suis retrouvé entouré par d'autres qui aiment aussi les arts, et j'ai continué d'être assidu. Ma relation avec mon marin russe s'est poursuivie, certes, je ne le voyais même pas la moitié de l'année, mais j'étais tellement épris et lui aussi que l'on pensait que ce n'était pas grand-chose. Mes parents se sont alors pris d'une folie improbable en décidant d'avoir un dernier enfant, selon eux, car mon frère et moi sommes déjà grands et ne vivons plus chez eux, ils estiment ne pas vouloir être seuls donc… C'est ainsi que mes deux petites sœurs sont nées, et oui, des jumelles. A partir de ce moment là, j'ai commencé à me sentir de trop chez eux, n'y mettant les pieds que par obligation. La deuxième année, cela est devenu trop pesant avec Yulian, c'était génial au niveau retrouvailles, mais rien de sérieux ne pouvait être réellement envisager, la situation était pesante, j'étais malheureux de devoir l'attendre et d'être seul aussi souvent. Pour la troisième fois, j'ai donc dû lui annoncer qu'il valait mieux pour nous ne plus continuer, tout en ayant des sentiments forts à son égard. Ensuite, je n'ai plus eu envie d'entendre parler d'amour ou de quoi que ce soit d'autres. Je remballe tout ceux qui osent venir s'approcher ou me draguer. Maintenant, j'ai débuté ma troisième année en espérant qu'un peu de renouveau, de bonnes choses, vont enfin m'arriver.

Derrière l'écran, il y a un ♥ qui bat

Prénom/pseudo : Grumpf
Age : Majeur
Où as tu trouvé le forum ? J'en suis un des fondateurs.
Comment le trouves-tu ? Terrible!
Ta fréquence de connexion : Quotidienne.
Un dernier mot ? Nop.

crédit (c) Chaussette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seo Kwang-Sun - L'amour est un enfant rebelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une nouvelle histoire d'amour~ Les VOCALOID %D
» [Challenge] Amour, Enfants, Larmes,... Ou tout simplement un Legacy !
» Apocalypse mon amour...
» 4e session : Pack Amour
» Exposez vos plus belles photos d'amour lbp ici

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les bienheureux-