AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Playboy with Kwon Il Nam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hot no candy
avatarSeo Kwang-Sun
Messages : 180
Date d'inscription : 26/02/2015
Age : 24
Localisation : A la fac
Emploi/loisirs : Etudiant en arts plastiques
Humeur : Bonne
Avatar : Jeong Jin Yeong (B1A4)
Double compte : Kwon Dong-Min

MessageSujet: Playboy with Kwon Il Nam Sam 25 Avr - 0:51


Playboy
Il Nam et Kwang-Sun


La classe d'arts est en effervescence parce que la professeur a décidé qu'on allait aborder le thème des nus. Rien que de les entendre s'exciter tout seul, surtout les filles, m'exaspère et me depasse. Si elles ont autant de temps à perdre, qu'elles s'entraînent à dessiner et peindre, car certaines sont vraiment loin d'être au niveau. Cela fait des jours que je les entends cancaner sur le fameux modèle qu'on doit avoir, comme quoi il est trop beau et nia nia nia. Ah non mais sérieusement, jamais elles ne s'arrêtent ? C'est où qu'on débranche la batterie ? A force de me gaver, j'ai fini par ne même plus vouloir avoir ce fameux cours en n'osant pas imaginer comment elles vont réagir après. La seule chose qui pourrait me sauver est que l'enseignante soit restée volontairement évasive sur qui va venir parce qu'il s'avère être un gros moche. Franchement, je ne compte pas quitter leurs visages à ces crétines si c'est le cas, je ne manquerai surtout pas de me moquer et de rire.

A contre cœur, les jours ont fini par s'écouler trop vite. Il faut dire que je n'ai pas le temps de m'ennuyer avec le travail donner par tous nos profs. Avec le printemps, j'essaie pourtant de m'en charger au plus vite et de passer le plus de temps possible dehors à dessiner. Les tons que peut prendre la végétation en cette saison sont juste magnifiques. J'y vais tellement souvent que j'ai déjà rempli un carnet en entier. Dans la ville que je connais bien, j'ai mes endroits bien entendu, mais j'aime aussi marcher et en découvrir d'autres. C'est ce qui me plait de vivre ici, il y a la mer et aussi la montagne, tout un tas de paysages plus beaux les uns que les autres, tout dépend de ce que l'on recherche. L'ambiance est bien plus détendue qu'à Séoul, probablement parce qu'on a l'habitude de côtoyer pas mal d'étrangers qui viennent en vacances ou attendent que leur bateau reparte.

C'est donc le jour tant attendu par les autres, moi aussi dans un sens, mais uniquement comme un étudiant qui a envie de se perfectionner, pas de baver devant le modèle. Pendant que les filles guettent dans le couloir, ce qui n'est absolument pas discret, je me charge d'installer mon chevalet où je pense qu'il sera le mieux. Ni trop près, ni trop loin. De toute manière, mes camarades savent tous qu'il vaut mieux me laisser m'installer en premier sous peine de se faire dégager voire pire. Avec quelqu'un, je m'entends dans les grandes lignes, avec les autres, c'est pas mon souci. Soit on m'aime, soit on passe son chemin, soit on me déteste. Cela me convient parfaitement. Alors que je suis en train de m'installer et de vérifier mon matériel, je ne vois même pas que la prof qui vient de rentrer est accompagnée. Je la salue avec tous les autres puis je suis les regards des filles pour finir par tomber sur le modèle qui m'a l'air de notre âge, c'est plutôt rare. Alors c'est ça ? Pff, je déteste par dessus tout les playboys. J'ai l'incarnation du cliché suprême du gros dragueur sous les yeux. Qui dit dragueur dit lourdeur. Une chance qu'on ne doive pas lui parler. Et regardez-moi ces abruties limite en train de baver...

J'ignore royalement ce spectacle désastreux. L'enseignante se décide enfin à débuter son cours et notre modèle du jour s'installe sur la petite estrade et suit les indications données afin de prendre la bonne pose. La seule chose que je veux bien reconnaître à son sujet est que les proportions de son corps sont presque parfaites. Concentré sur ce que je fais, mes yeux vont et viennent entre lui et ma feuille. J'ai tendance à un peu beaucoup déconnecter quand je suis en train de dessiner à l'école ou chez moi. Dehors, c'est un peu différent, il faut toujours se montrer prudent, on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Les deux heures passent plutôt assez vite, c'était bien enrichissant comme cours. J'aime faire de nouvelles choses. Contrairement à certains, j'ai terminé mon croquis lorsque sonne la fin des cours. C'était le dernier de la journée pour moi. Quoi qu'il en soit, certains commencent à ranger leurs affaires et à partir, des filles attendent le bon moment pour sauter sur le modèle. De mon côté, je reste un peu à peaufiner mon œuvre, oui, je suis perfectionniste, et alors ? Une dizaine de minutes s'écoulent, je me mets debout en refermant mon carnet, mon matériel est bien rangé dans mon sac et ce n'est que lorsque je me retourne que je vois l'autre se diriger droit vers moi.

« Qu'est-ce que tu veux ? » Lui demandai-je.

Non mais regardez-moi ce sourire écœurant et charmeur… C'est pas comme si je l'avais regardé spécialement. Pourquoi il va pas s'occuper du banc de morues qui l'attendent à la sortie plutôt que de venir faire le joli cœur. S'il croit que je vais me faire avoir, il rêve. Je ne compte pas non plus perdre mon temps ici à écouter son baratin que je sens arriver à des kilomètres. Il va le sentir passer d'être venu me parler et il ne reviendra plus une fois que j'en aurai terminé. Les derniers traînards dans la salle s'éloignent non sans regarder dans notre direction, ma réputation n'est plus à faire niveau cassage, briseur de cœur et repoussage. Leur curiosité les perdra un jour. Du regard, je les invite à dégager, avant de reporter mon attention sur le modèle.
AVENGEDINCHAINS

_________________


'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins) ©️endlesslove.


Dernière édition par Seo Kwang-Sun le Mer 27 Mai - 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tendre truffe
avatarKwon Il Nam
Messages : 71
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 22
Localisation : Derrière mon crayon :p
Emploi/loisirs : Étudiant en troisième année d'art [officiellement] et strip-teaseur [officieusement]
Humeur : Happy ~
Avatar : Im Jae Beom allias JB des GOT7
Double compte : coming soon (a)

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam Mer 13 Mai - 18:33


Playboy

With Kwang-Sun

Nouveau pays, nouvelle ville, nouvel appartement, nouveau travail, nouvelle université, nouvelle vie quoi. Que les States et la quiétude du ranch lui semblaient loin maintenant... Oui, ce matin Il Nam regrettait une fois de plus son bon vieux « home sweet home » avec toutes les personnes chères qu'il avait laissé. Mais il était temps de se lever et de se mettre sous une bonne douche salvatrice qui aurait le mérite d'améliorer son humeur qui était bien souvent maussade ces derniers temps. L'eau chaude ruisselant sur son corps, l'américain resta un long moment sous le jet d'eau chaude sans bouger, ne se concentrant sur ses muscles qui s'éveillaient peu à peu au contact du liquide brûlant sortant de son pommeau de douche. Attrapant enfin son shampoing ses pensées se reportèrent sur son activité du jour. Bien qu'élève à l'Université de Busan, il y officiait, ou du moins avait accepté puisqu'il s'agissait de sa première fois, en tant que modèle de temps à autre. Un bon moyen de mettre du beurre de cacahuète sur sa tartine toastée quoi. Le plus drôle dans l'histoire ? C'est qu'il posait pour sa classe qu'il intégrerait le lendemain, de quoi faire des heureuses de ce qu'il avait entendu dans les couloirs quand des élèves avaient épié son entretient avec leur prof de dessin. Pas de chance pour ces demoiselles, il était on ne peut plus gay et les rondeurs féminines ne trouvaient de grâce à ses yeux que lorsqu'il les retraçait sur ses carnets.

Petit déjeuner prit, il dessina tout le reste de la mâtiné, il fallait bien l'avouer, Busan était plaisante à dessiner, et il avait hâte de pouvoir se poser sur la plage pour dessiner la mer. C'est que dans l'Utah il n'avait pas vraiment eu l'occasion de la voir à l'exception faite de quelques voyages. Puis, ce fut presque instinctivement qu'il s'était mit à croquer les traits de sa patrie natale, il soupira lorsqu'il s'en rendit compte, lui avoir le mal du pays ? Absolument pas. Bon, le dessin c'était fichu pour aujourd'hui, et puis de toute manière, l'heure était avancée et il était temps pour lui de filer à la salle de bain pour se peinturlurer le corps et enfiler des piercings quasiment invisibles afin de dissimuler ces ornements qu'il considérait comme appartenant au domaine du privé. Se mettre à nu, aucun problème, montrer ses tatouages à la vue de tous, ce n'était pas vraiment son trip lorsque la situation ne l'imposait pas. Et oui on pouvait montrer ses fesses sans problème mais aimer garder l'intégrité de son corps et ses petits secrets pour soi. Un tee-shirt noir enfilé avec un jean blanc il était fin prêt à décoller pour l'Université.

Comme il s'y attendait, certaines petites dindes ne prenant pas l'art autant au sérieux qu'elles le devraient ricanèrent bêtement en le voyant entrer seulement vêtu de son peignoir. Bon en réalité, il avait bien eu du mal à porter ne serait-ce qu'un peu d'attention, en réalité une paire d'yeux sombres occupés à suivre les mouvements de leur propriétaire qui préparait son espace de travail. Il semblerait qu'une chose le contrariait profondément au vu de l'air meurtrier qui siégeait dans ses prunelles sombre. Non Il Nam, ce n'est surtout pas le moment de se laisser aller à ce genre de pensées en dérivant sur ces lèvres un brin boudeuse. Voilà se concentrer sur les mots de la prof, c'était une bien meilleure idée ça par exemple. Indications données, il s'était dirigé vers l'estrade qui lui était dédiée et avait retiré son peignoir, priant comme à chaque fois que le fond de teint sur ses tatouages était toujours là, sinon ils allaient l'entendre à près de 50 dollars la petite bouteille. Mais son œuvre avait tenue encore une fois tenu, c'était donc parti pour deux heures à poser bien sagement à ne pouvoir bouger que pour boire de temps à autre.

Une véritable torture... non pas qu'il trouait son inertie dérangeante, non, c'était ses pensées qui le perturbaient. Voilà des mois qu'il avait rompu avec Hunter, et voilà qu'il se mettait à baver bêtement sur un autre gars. Il semblerait qu'il était sur la voie de la guérison, bien qu'il aurait aimé que ses plaies ne le lui permettent pas. Masochiste, lui ? Loin de là, mais le jeune homme avait cette désagréable impression de passer bien trop rapidement à autre chose, de trahir cette relation qu'il avait eu avec son ex compagnon, de lui faire perdre  de son importance. On n'oubliait pas son premier amour comme ça si ? Enfin, ce n'est pas comme si il était un expert en la matière après tout... Pour ne rien arranger, le regard scrutateur du beau brun aux onyx durs ne cessait d'aller et venir tandis que leur propriétaire était concentré sur son œuvre. Ce qui laissa tout le loisir à Il Nam d'observer, le plus discrètement possible, le beau brun qui lui avait fait une forte impression. Comment pouvait-il bien s'appeler ? Ça, il l'ignorait, quel dommage, mais il était certains qu'il ne pouvait porter qu'un beau prénom. Ah parfois il se claquerait bien avec ses réflexions cucul la praline, un véritable idiot...

Mais les deux heures étaient déjà passées et il était temps pour lui de se rhabiller et de rentrer. Il ne demanda pas son reste pour retourner se vêtir dans la petite salle attenante et enfiler son sac sur l'épaule-clin d’œil à toi Dada :p-. Vieille manie tenace de gars populaire qui agaçait toujours autant ses mères, quoi on ne pouvait pas toujours être parfait hein. Le beau ténébreux était toujours dans la salle c'était bien sa chance, sans plus réfléchir Il Nam s'était presque rué sur lui. Non, sincèrement, il ne se reconnaissait pas à être aussi lourd. «  Sal... » Il n'eut même  pas le temps d'en placer une de plus que son vis-à-vis le coupa brusquement . « Qu'est-ce que tu veux ? » Et bien, quel regard noir, il ne s'attendait pas à pareil accueil. Il leva d'ailleurs les mains en signe d’apaisement avant de reprendre. « Eyh je venais pas t'agresser hein. Je voulais juste un peu socialiser avec une personne qui sera dans ma future classe. Et vu que tu semblais le plus sérieux j'ai décidé de te parler à toi... Il se gratta un peu la tête... Bon et puis aussi parce que tu n'es pas déplaisant à regarder et que c'était agréable de t'observer dessiner . J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi prit dans son art, c'est beau. Très certainement que le jeune homme face à lui ne le croirait pas ou imaginerait une tentative de passage de pommade de sa part, mais rien n'en était, le compliment de l'américain étant on ne peut plus sincère . Et sinon ouai c'est moi le fameux nouveau, je sais, je soigne mes entrées, petit rire et il tendit la main au jeune homme qui était très certainement son aîné, Kwon Il Nam, nice to meet you euh.... enchanté de faire ta connaissance … ? » Son ton étant clairement interrogatif et sa phrase suspendue laissant l'occasion à son interlocuteur d'y glisser son prénom . Enfin vu comment ça avait commencer, le ferait-il seulement...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hot no candy
avatarSeo Kwang-Sun
Messages : 180
Date d'inscription : 26/02/2015
Age : 24
Localisation : A la fac
Emploi/loisirs : Etudiant en arts plastiques
Humeur : Bonne
Avatar : Jeong Jin Yeong (B1A4)
Double compte : Kwon Dong-Min

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam Mer 27 Mai - 16:03


Playboy
Il Nam et Kwang-Sun


Dans l'ensemble, la séance s'est bien déroulée, surtout que je n'ai pas prêté attention plus que cela aux femelles de ma classe qui se sont montrées silencieuses tout en bavant devant le tableau. Il faudrait vraiment qu'elles songent à se trouver un mec ou bien à s'envoyer en l'air, ça en détendrait plus d'une et moi aussi par la même occasion. Je ne comprendrai jamais l'intérêt de préférer se faire des films sur n'importe quel type pas mal plutôt que de le vivre. Enfin bon, ce n'est pas comme si je m'entendais toujours très bien avec les filles, il n'y a que Ji Eun qui relève le niveau et ce n'est pas sans raison qu'elle est ma meilleure amie.

Pas une seule seconde, je ne calcule que le modèle m'a regardé depuis qu'il est entré et qu'il en a ignoré les filles, bien trop occupé à préparer mon espace de travail comme je l'aime. Lorsque je peux enfin commencer à dessiner, mes prunelles sont concentrées sur les courbes de son corps afin de mieux les retracer sur ma feuille, je ne prête pas davantage attention au fait qu'il me fixe aussi, certaines n'appréciant pas cela, je ne doute pas une seule seconde qu'elles vont vouloir lui mettre le grappin dessus dès que ce sera terminé. Grand bien leur fasse, et surtout, qu'elles aillent, loin, très loin et se perdent sur le retour histoire qu'on les revoit jamais. C'est à se demander la raison pour laquelle elles ont décidé de se lancer dans des études d'art, peut-être qu'elles voulaient ne pas trop se prendre la tête en attendant de se trouver un mari. C'est le problème dès que ça sort des grosses filières classiques, ça y est, c'est sensé être plus facile. Les gens qui pensent ainsi sont vraiment débiles, si tel était le cas, il n'y aurait pas d'échec dans cette branche. Boulet un jour, boulet toujours comme dit Dong Yul.

Enfin, la sonnerie retentit. Certains ne mettent que quelques secondes à ranger leurs affaires, il est évident que les autres mettent déjà au point leur plan d'action pour monopoliser le modèle et se faire bien voir. Si elles se voyaient, elles s'abstiendraient de draguer avant d'être un peu passer sur le billard. J'ai vu d'ailleurs qu'il y avait des promotions pour les ravalements de façades en ce moment. De mon côté, je peaufine mon dessin encore quelques minutes, puis me décide à plier bagages. Le calme est enfin revenu, je ne m'attends pas spécialement à voir venir droit dans ma direction le playboy avec son sourire Colgate. Je le prends à contre-pied en lui demandant ce qu'il veut. D'habitude, je suis plutôt poli quand je ne connais pas la personne en face de moi où qu'elle est plus âgée, néanmoins, ceux ou celles que je ne reverrai jamais, inutile de perdre mon temps et ma salive. Il lève les mains en l'air. Si j'avais eu mon arc, je l'aurais embroché un sacré nombre de fois tellement il est lent, il ne serait même pas parvenu jusqu'à moi. Du regard, je continue de le fixer. Sociabiliser ? J'ai une tête à vouloir faire ami-ami ? Il dit qu'il sera dans cette classe, aussitôt je pense  à l'information qu'un de nos profs m'avait donné. On a beau être à la fac et que le principe de délégué n'existe plus, on vient malgré tout me trouver afin de faire un liant constructif entre les autres étudiants et les enseignants. Je n'ai plus qu'à faire le constat affligeant que ce boulet doit être convenablement remballé, sinon il risque de me coller toute l'année. Non mais regardez-moi ce frimeur... Sa main tendue, je ne risque pas de la toucher.

« Garde ton baratin pour tes groupies qui t'attendent en masse dans le couloir, d'ailleurs c'est elles que tu devrais aller trouver, elles se feront une joie de t'accompagner et de t'aider. » Répondis-je sur le même ton.

Il n'est pas question que je joue le guide pour cet amerloc qui ressemble plus à un coréen que le contraire. Son rire me donne envie de le cogner... On dirait un des personnages principaux d'une de ses séries pour adolescentes en ebullition décérébrées, le cliché du sportif auquel tout réussi, qui sort avec la cheerleader la plus jolie et qui se la raconte.

« Tu n'as pas besoin de connaître mon prénom, c 'est réservé à ceux qui ont le droit de m'appeler, ce qui n'est pas ton cas. Abstiens-toi aussi de me parler. »

Ça vaudrait mieux pour lui qu'il suive mon conseil s'il ne veut pas avoir des problèmes. Mais comme j'avais prévu quelque chose pour le nouveau et que je n'aime pas travailler pour rien, je rouvre mon sac puis j'en sors un petit guide de la fac, en y ajoutant à la main des feuilles ou des indications. Le donner à un dragueur pareil, ça me hérisse les poils, d'où mes lèvres qui se pincent, mais bon, ce sera jeté et puis on m'a demandé de l'accueillir demain, j'avais pas prévu de jouer les nounous, donc autant lui donner, qu'il le lise et qu'on en parle plus. Je lui tends.

« C'est le guide du nouvel arrivant. Ne te fais pas de film, ce n'est qu'une coïncidence que ce soit toi. » Balançai-je avec ma voix toujours froide.

Une fois qu'il l'a pris, je commence à refermer mon sac, bien décidé à prendre congés ensuite. Quand c'est chose faite, je m'écarte de l'autre abruti, bien décidé à sortir de la pièce en marchant en direction de la porte.
AVENGEDINCHAINS

_________________


'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tendre truffe
avatarKwon Il Nam
Messages : 71
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 22
Localisation : Derrière mon crayon :p
Emploi/loisirs : Étudiant en troisième année d'art [officiellement] et strip-teaseur [officieusement]
Humeur : Happy ~
Avatar : Im Jae Beom allias JB des GOT7
Double compte : coming soon (a)

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam Mar 2 Juin - 13:03


Playboy

With Kwang-Sun

Le cours terminé, le modèle avait pu se rhabiller tranquillement dans la salle attenante. Ceci fait, il avait manqué de peu de se faire assaillir par un groupe de jeune femmes émoustillées. Quel dommage pour elles, elles avaient beau mettre en avant tous leurs atouts, il continuerait à rester de marbre. Ou alors il n'était pas aussi gay qu'il le pensait, enfin bon, triste pour elles, mais il y avait un beau brun un peu plus loin à qui il mourrait d'envie de parler. La main tendue et tout sourire dehors il s'était présenté à l'autre étudiant. Sauf que l’accueil qu'il reçut ne fut pas des plus chaleureux.... Sa main fut délibérément ignorée et une voix toujours aussi froide lui avait répondu. « Garde ton baratin pour tes groupies qui t’attendent dans le couloir, d'ailleurs c'est elles que tu devrais aller trouver, elle se feront une joie de t'accompagner et de t'aider. » Il Nam avait retiré aussitôt sa main, après tout c'est vrai, il risquait de le salir c'est ça. Sympa le premier étudiant à qui il parlait, le séjour en Corée risquait d'être long... « Tu n'as pas besoin de connaître mon prénom, c'est réservé à ceux qui on le droit de m’appeler, ce qui n'est pas ton cas. Abstiens-toi aussi de me parler. »

Qu'il ne s'inquiète pas en étant aussi agréable et grinçant qu'une porte de prison il n'allait pas lui donner envie de revenir de sitôt. Sérieusement il se prenait pour qui ? La Reine d'Angleterre pour se donner autant de grands airs ? Finalement il aurait du aller vers les filles qui gloussaient derrière la porte, au moins il n'aurait pas eu à supporter ça, quelle déception, le premier mec qu'il trouvait mignon depuis sa rupture avec Hunter s'avérait être une précieuse à tendance caniche mordeur. Quelle plaie...Dans ses pensées il avait à peine remarqué que l'autre était en train de fouiller dans son sac, peut-être qu'il allait lui balancer une fléchette tranquillisante pour fuir le boulet qu'il était à ses yeux ? Mais non, à la place un guide lui est tendu. «  C'est le guide du nouvel arrivant. Ne te fais pas de film, ce n'est qu'une coïncidence que ce soit toi. » Et il pensait pouvoir s'en tirer comme ça ? En l'agressant presque et en partant comme si de rien n'était ? Franchement au pays du matin calme les bonnes manières n'avaient pas l’air d'être acquises par tout le monde, il ferait tâche sur le dépliant publicitaire parfait de Busan ce rustre.

L'américain, voyant que la salle ne semblait pas être utilisée après cela, s'était rapidement dirigé vers la sortie, la bloquant de son corps, ses bras croisés sur son torse, le sourire qu'il avait auparavant sur les lèvre s'étant tari. « Tu croyais que t'allais pouvoir t'en tirer comme ça après m'avoir limite agressé, et ce gratuitement ? Si tu ne voulais pas être dérangé tu aurais pu me le signifier plus poliment, là j'ai l'impression d'être un intouchable atteint d'une forme purulente de la peste. Un soupir filtra de ses lèvres avant qu'il ne reprenne. Et sinon ne t'inquiètes pas je ne risque pas de revenir te parler vu le melon que tu te tapes, si t'es bien trop bien pour tout le monde que tu restes seul en effet. Toutefois, vu que MOI je suis poli et que mes parents peuvent dire que leur éducation a porté leurs fruits,  je te remercie pour m'avoir donné ce guide qui me sera très certainement utile. Par contre je je suis désolé, le ton ne l'étant clairement pas, mais il va falloir que tu supportes ma tronche tous les jours. »

Car oui, maintenant ça lui revenait, Seo Kwang-Sun, l'élève qui avait les mêmes options que lui et qui devait lui faire la visite le lendemain. Et bien, et bien il avait évité de peu le pire, hors de question de visiter avec lui les lieux, qu'il se fasse engeuler par le doyen tien, ça lui fera les pieds à ce petit con prétentieux. « Ah ça me revient, on m'avait dit qu'un élève allait me faire visiter les lieux demain lors de mon arrivée officielle ici, vu que tu as ce fameux guide j'en conclu donc que tu es Seo Kwang-Sun. On m'avait dit grand bien de toi, mais à ce que je vois les professeurs se sont bien mit le doigt dans l’œil à ton compte, après tout moi je n'ai aucune influence dans ta moyenne, donc pas besoin d'être un minimum poli avec moi . Ne t'inquiètes pas, demain je ne viendrais pas te faire chier pour que tu fasses la baby-sitter pour mon premier jour. Par contre si tu as des ennuis pour le fait que tu aies refusé de prendre les responsabilités que tu as accepté, je m'en lave les mains, raconter des conneries c'est pas mon genre, donc si on me demande je dirais la vérité. Ah et sinon dernier point, sur ce coup t'as pas de chance, on a exactement les mêmes options, espérons que je ne polluerais pas trop votre air votre altesse. »

Ayant dit ce qu'il avait à dire le jeune homme s'était déporté sur le côté afin de laisser l'autre pouvoir sortir. Une dernière chose lui revint alors en esprit, le croquis que l'autre étudiant avait fait de lui pendant ces quelques heures de cours. Malgré son mauvais caractère, il avait un trait sûr et un style intéressant. «  Ah et j'allais oublier, j'étais sincère quand je t'ai complimenté sur ton œuvre, t'as beau avoir un caractère de merde t'as du talent. C'est vraiment dommage qu'une personne capable de produire de si belles choses montre une face aussi laide de lui. Enfin bon tu dois avoir tes raisons et je ne vais pas te faire perdre de ton temps plus longtemps. » Chose dite, Il Nam avait rangé son fameux guide dans son sac en se promettant de le lire dès son retour à son appartement. Pour le moment, il était curieux de voir si il n'allait pas s'en prendre une de la furie face à lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hot no candy
avatarSeo Kwang-Sun
Messages : 180
Date d'inscription : 26/02/2015
Age : 24
Localisation : A la fac
Emploi/loisirs : Etudiant en arts plastiques
Humeur : Bonne
Avatar : Jeong Jin Yeong (B1A4)
Double compte : Kwon Dong-Min

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam Mar 2 Juin - 17:18


Playboy
Il Nam et Kwang-Sun


Puisque je ne suis pas parvenu directement à me débarrasser de la sangsue, il faut que j'en rajoute une couche en ne faisant que des phrases courtes. Je ne vois d'ailleurs pas ce qui n'est pas clair dans tout ce que je dis, je me fiche de ce que pense les autres, je préfère être entouré de personnes qui savent qui je suis plutôt que mal accompagné. Une fois que j'ai remis le guide, je crois en avoir terminé avec l'autre, sauf qu'il ne trouve rien de mieux à faire que de se mettre en travers de ma route en bloquant la route. Il commence à s'exprimer et, si on avait été dans un manga, il y aurait eu sur mon personnage la petite jauge à l'intérieur qui monte d'un cran à chaque connerie qu'il me sort et la croix symbole d'énervement qui s'agrandit. En l'occurrence, on est pas dans un bouquin, mais c'est l'effet que ça produit. Les bras croisés sur mon torse, je l'écoute jusqu'au bout, mes yeux plantés dans les siens sans ciller. Puis, il commence à s'écarter pour me libérer le chemin. A m'avoir provoqué, il ne viendra pas pleurer. Je m'approche un peu brusquement de lui en même temps que mes deux mains tapent non loin de sa tête, contre le mur près duquel je l'ai coincé. Bien entendu, je ne le touche pas.

« C'est écrit tout autour de moi, ne m'approchez surtout pas. » Commençai-je. « Tu as décidé tout seul que tu devais te pointer et me parler, ne viens pas te plaindre ensuite que l'accueil n'est pas à ton goût, c'est trop facile. »

Non mais pour qui il se prend ce minet à deux balles ? On le croirait tout droit sorti des jupons de sa mère… C'est de sa faute s'il est assez aveugle ou con pour ne pas avoir vu mon aura dissuasive. Si personne ne m'approche ou presque dans cette classe, ce n'est pas pour rien, ce n'est pas de ma faute s'il est bigleux. Quand on se permet de venir parler à quelqu'un, il faut s'attendre à tout. Mais c'est certain que vu le genre de type qu'il est, ça ne doit jamais lui arriver qu'une personne ne l'aime pas. Dans mon cas, ce n'est pas que je le déteste, quoi que, s'il continue à me faire chier ainsi, ça ne devrait pas tarder, je n'ai juste pas besoin de ce genre de personne dans mon entourage, point. Je ne vais pas me forcer à jouer les gentils juste pour plaire. La gentillesse se mérite, comme beaucoup d'autres choses.

« Mon dossier scolaire est irréprochable. Qu'en est-il du tien ? » Je n'en ai aucune idée, mais c'est rare les élèves acceptés en cours d'année. « A la bonne heure que tu ne viennes pas me faire chier demain ni aucun autre jour et tu n'auras pas besoin de leur dire quoi que ce soit puisque je compte m'en charger dès que je serai sorti d'ici. » Puis je rajoute. « Je n'ai jamais joué au gentil petit élève juste pour flatter ou me faire bien voir, je vaux bien mieux et je préfère être reconnu pour mes connaissances, mon travail et mon art que pour autre chose. Je ne me lève pas tous les matins en ayant pour seul objectif de plaire à tout le monde, contrairement à certains.»

Je parle de lui bien entendu. Il est évident qu'il fait partie de cette catégorie de personnes qui se complaisent dans le fait d'être sociables et appréciées de touts, ce qui n'est que pur égocentrisme à mes yeux. Je n'ai pas besoin du regard des autres pour exister, je me fiche pas mal de ce qu'on pense de moi. Il n'avait qu'à pas venir alors que je dis clairement et poliment dans mon aura que je ne veux pas me faire d'amis. J'en ai quelques uns, puis je suis ici pour étudier et réussir, pour apprendre un maximum et vivre de mon art si j'y parviens, je n'ai pas de temps à perdre avec des types qui donnent la priorité à ses relations plutôt qu'à sa réussite professionnelle et personnelle.

« Les play-boys à deux wons dans ton genre me sortent par les yeux. Tu as cru que de me sortir ton sourire Colgate ça allait suffire? Tu me parles de politesse, mais tu n'es même pas capable de respect l'espace de quelqu'un puisqu'il a fallu que tu t'invites dans le mien. Tu veux sociabiliser, sauf que tu ne peux pas t'empêcher de parler de mon physique, non mais sinon tu ne me faisais pas de charme de manière écœurante et peu discrète, ça va de soit… » Ironique. « Et après il aurait fallu que je donne le moindre crédit à ce que tu peux bien dire sur mon dessin? La bonne blague. T'es vraiment aussi naïf ou bien t'es simplement con ? » Le visage toujours proche du sien, je rajoute. « Je ne joue pas la comédie juste pour me faire apprécier, je reste tel que je suis, tout le temps. On m'apprécie ou bien on me déteste, mais au moins on ne peut pas dire qu'on ne savait pas à quoi s'attendre. C'est exactement ce qui se lit dans mes dessins, ils sont authentiques, réalistes, francs et vivants. »

En espérant que cette fois, il va réellement me foutre la paix. Puis je ne sais même pas pourquoi je discute avec lui, je pourrais aussi bien avoir réglé le problème en lui collant mon poing dans la figure, ou plutôt mon pied dans les parties, ce serait problématique que je me casse un doigt voire la main.
AVENGEDINCHAINS

_________________


'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant. Essaie de garder cette sensation. Parce que si tu la laisses s’en aller... Tu la perds à jamais. (skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tendre truffe
avatarKwon Il Nam
Messages : 71
Date d'inscription : 05/03/2015
Age : 22
Localisation : Derrière mon crayon :p
Emploi/loisirs : Étudiant en troisième année d'art [officiellement] et strip-teaseur [officieusement]
Humeur : Happy ~
Avatar : Im Jae Beom allias JB des GOT7
Double compte : coming soon (a)

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam Dim 7 Juin - 14:32


Playboy

With Kwang-Sun

Tirade lâchée sans être interrompu par l'autre, deux mains tapèrent non loin de son visage. Les personnes violents avaient toujours été une énigme pour lui, la violence n'était-elle pas les arguments des faibles d'esprits ou de ceux qui en n'avaient plus ? Cela ne semblait pourtant pas être le cas de son interlocuteur, mais soit qu'il fasse. Il resta très calme et fixa son vis-à-vis sans animosité, e désirant pas envenimer la situation plus qu'elle ne l'était déjà. « C'est écrit tout autour de moi, ne m’approchez surtout pas. » C'est qu'il ne manquait pas d'humour finalement. « Tu as décidé tout seul que tu devais te pointer et me parler, ne viens pas te plaindre ensuite que l’accueil n'est pas à ton goût, c'est trop facile. »Il n'eut pas envie de répondre quoique ce soit à cela, préférant laisser passer. Ce qui ne permit tout de même pas que la discussion, enfin même si on ne peut pas vraiment appeler cela ainsi, désagréable ne se poursuive pas.

« Mon dossier scolaire est irréprochable. Qu'en est-il du tien ? » Si ce n'est ce couac avec son ex, il était même exemplaire, capitaine de son équipe universitaire de football, des années d'avance mais toujours classé dans le haut du panier des élèves de son bahut . Bref il n'avait pas à rougir de ce dernier, mais il ne pouvait pas la ramener sur ce sujet il avait recommencé une nouvelle vie ici. Parler du passé risquait bien d'en invoquer les vieux démons. «  À la bonne heure que tu ne viennes pas me faire chier demain ni aucun autre jour et tu n'auras pas besoin de leur dire quoique ce soit puisque je compte m'en charger dès que je serai sorti d'ici. Il n'allait pas manquer de le descendre ça c'est sûr, génial la rentrée n'était que demain et il commençait déjà aussi fort. C'était officiel les autochtones étaient pour certains franchement pas accueillants, pour le coup il ne voyait pas comment il pouvait lui aussi venir de Busan. Je n'ai jamais joué au gentil petit élève juste pour flatter ou me faire bien voir, je vaux bien mieux et je préfère être reconnu pour mes connaissances, mon travail et mon art que pour autre chose. Je ne me lève pas tous les matins en ayant pour seul objectif de plaire à tout le monde, contrairement à certains. »

Et aller encore des reproches, il était rayé son disque ou quoi ? À moins qu'il n'ai qu'un titre, ce qui expliquerait beaucoup de chose... Il Nam soupira un peu, n'appréciant guère de se faire traiter de faux-cul de manière aussi directe. «  Prends-moi pour un faux-cul si ça peut te faire plaisir, contrairement à ce que tu penses je n'essaye pas de plaire à tout le monde, preuve en est je n'essaye même pas de te faire changer d'avis à mon sujet ni de te contredire sur ce point. Je sais ce que je vaut. »Sûr que sa vie devait être bien triste, l'homme a pour essence d'être sociable, se retirer autant du monde n'était jamais très bon ou le résultat de multiples blessures, mais là n'était pas le temps de se plonger dans une analyse des névroses de son vis-à-vis. Rhaaa pourquoi fallait-il qu'il pense toujours trop... Enfin bon il n'avait pas eu le temps de le faire plus, cet échange désagréable se poursuivant.

« Les playboys à deux wons dans ton genre me sorte par les yeux. Lui un playboy ? Là c'était la meilleure ! Il Nam Kevin Gabriel Theodor Junior Jenkins un playoy ? Ses mères allaient bien rire quand il leur raconterait ça, c'était bien la première fois qu'on le qualifiait pareillement. Tu as cru que de me sortir ton sourire Colgate ça allait suffire ? Ah parce que sourire était un crime peut-être ? Tu me parles de politesse, mais tu n'es même pas capable de respecter l'espace de quelqu'un puisqu'il a fallu que tu t'invites dans le mien. Ah parce qu'il allait hurler de l'autre côté de la salle pour sembler poli et ne pas polluer l'air de l'autre ? De mieux en mieux... Tu veux sociabiliser, sauf que tu ne peux pas t'empêcher de parler de mon physique, non mais sinon tu ne faisais pas de charme de manière écœurante et peu discrète, ça va de soit... Hardcore comme mec vraiment. Et après il aurait fallu que je donne le moindre crédit à ce que tu peux bien dire sur mon dessin ? La bonne blague. T'es vraiment aussi naïf ou bien t'es simplement con ? Et maintenant les insultes ? Il aurait mieux fait de rester couché tient... Je ne joue pas la comédie juste pour me faire apprécier, je reste tel que je suis, tout le temps. On m'apprécie ou bien on me déteste, mais au moins on ne peut pas dire qu'on ne savait pas à quoi s'attendre. C'est exactement ce qui se lit dans mes dessins, ils sont authentiques, réalistes, francs et et vivants. »

Le sermon terminé le plus jeune avait haussé les épaules en se dégageant de cette cage improvisée par les bras de l'autre d'un mouvement leste. Il n’était pas un danseur pour rien après tout. « Oui je te faisais du gringue, la plupart des gens le font quand ils voient une personne qui leur plaît, il y a rien de criminel à ça que je sache. Mais c'est sûr que maintenant tu n'as plus d'inquiétude à avoir, j'ai complètement été vacciné en un coup. Tu devrais peut-être te reconvertir en golfeur, tu ferais de la concurrence à Tiger Woods. Sinon merci pour l'insulte gratuite, ça fait toujours plaisir hein, on peut remettre une personne à sa place sans l'agresser, car pour le coup c'est toi qui passe pour un gros con violent alors que tu ne semble pas être du genre limité... Bon et bien moi je vais aller lire mon guide hein. Au plaisir de ne jamais avoir à travailler ou parler avec toi cette année. Je n'ai jamais détesté quelqu'un... léger silence...et bien manque de po pour toi tu ne seras pas le premier. En fait j'ai même de la peine pour toi t'as sacrément du ramasser pour montrer autant les crocs . Il commença à partir lorsqu'il se retourna. Au fait, tu as très bien représenté mes proportions mais tu as oublié comme le reste des élèves de figurer mes deux grains de beauté au coin de l’œil, il faut croire que parfois tu es au niveau du peuple... »

Après cela l'américain n'avait pas demandé son reste pour s'en aller loin de ce grossier personnage, c'était bien la première fois qu'on avait réussi à l'énerver. Bref, il était bon de la lecture à sa rentrée chez lui. Ah que l'Amérique lui manquait....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Playboy with Kwon Il Nam

Revenir en haut Aller en bas

Playboy with Kwon Il Nam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» magazines à dégager (entrevues , playboy , LAL , inrocks ..)
» [TEST] Playboy the mansion sur Xbox
» Bonne année 2012
» Blister abimé ! Quelle valeur ?
» GTA V

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RPs-